samedi 20 février 2010

Reste de révolution!


Impacts de balles!

19 commentaires:

Marie a dit…

C'est impressionnant ! Comme quoi, tout peut devenir "vestiges", même ces trous de balles.. ;-) Depuis le temps, pourtant, ils auraient pu ravaler la façade.. Bon, certes, du coup, ce serait quelque part effacer le témoignage d'un moment d'Histoire...
Bien vu, bien joué !

Claude a dit…

NON ???? vraiment, ??? impressionnant et pas rassurant
bonne journée

Karine a dit…

Oh, que c'est impressionnant de voir encore tous ces impacts dans la façade. Quel drame !

Elisa a dit…

Tes images sont étonnantes
Bon week-end
Elisa, Argentine

tede a dit…

Bonjour Jean-Luc, Viva la revolución y Viva Zapata! Impressionnante cette image. Bon samedi.

Jeanluc Tenant a dit…

@ Marie: Ces impacts datent de 1910. La maison est maintenant un musée régional de la révolution à Puebla, par ailleurs une très belle ville.
@ Claude: SI, si!
@ Karine: Assassinat d'un homme politique!
@ Elisa: 9a m'a fait un choc!
@ Tede: San oublier le sous-commandant Marcos!

mariana a dit…

Beautiful little balconies ;) Great find !

Jeanluc Tenant a dit…

@ Mariana: A historic site!

foto-rolero54 a dit…

Jolie photo,bon samedi à toi.

tede a dit…

re, juste pour répondre à ta question, il s'agit d'un bout de feuille de palmier. A+

Calusarus a dit…

Impressionnants, ces vestiges. J'aime beaucoup le résultat

Jeanluc Tenant a dit…

@ Rolero: Un témoignage en passant.
@ Tede:Merci Tede.
@ Calusarus:Des vestiges qui ont juste 100 ans.

mom a dit…

merci pour ton com bonne soirée

K.B.R a dit…

L'homme sait très bien dessiner avec des balles, des fresques aussi dramatique!!!
Excellent témoignage
Bonne soirée

thami a dit…

Attention aux balles perdues !
Bonne fin de semaine lumineuse et chaleureuse!

Jeanluc Tenant a dit…

@ Mom:Bonne journée à toi.
@ KBR: Fresques tragiques.
@ Thami: Je me planque!

tagazou a dit…

Bon ben il y en a qui se sont perdues!

Jeanluc Tenant a dit…

@ Tagazou: Toutes ces balles pour assassiner une seule personne...

dan a dit…

(J'ai cru que tu rentrais de Corse !)

Là, c'est une autre histoire ; la révolution est passée par là et les traces rappellent ce combat pour la liberté.